Expos passées

Parcourir nos expositions précédentes


Darkness is needed to see the stars

Darkness is needed to see the stars

Du 25/09/2022 Au 19/11/2022

«La terre était informe et vide: il y avait des ténèbres à la surface de l’abîme, et l’esprit de Dieu se mouvait au-dessus des eaux.». (Genèse 1:2) Le premier récit de la création dans le judéo-christianisme commence par les ténèbres, dans lesquelles est introduite la création de la lumière, et la séparation de cette lumière des ténèbres. Ainsi, bien que la lumière et les ténèbres soient toutes deux incluses dans les œuvres du Dieu tout- puissant, ces dernières étaient considérées comme «l’avant-dernier fléau» (Exode 10:21), et le lieu des «pleurs et des grincements de dents» (Matthieu 8:12). En tant que terme poétique dans le monde occidental, l’obscurité est utilisée pour évoquer la présence d’ombres, du mal ou, dans notre monde moderne, pour indiquer qu’une histoire est sinistre, lourde et/ou déprimante. Cependant, une citation d’Ursula K. Le Guin affirme à juste titre: «Quand vous allumez une bougie, vous projetez aussi une ombre», et c’est ainsi que nous avons choisi d’appeler cette exposition : Une certaine obscurité est nécessaire pour voir les étoiles. Dans cette nouvelle expo collective, nous voyons comment divers artistes interprètent le noir et l’obscurité au travers de leur propre sensibilité : comme une couleur, comme un moyen de méditation, pour illustrer l’impalpable, le secret ou l’intime, comment le monstrueux peut être présente dans l’adorable, ou comment la bête peut trouver une issue à ses sombres cavernes. Le noir n’est pas une couleur primaire, secondaire, ni même tertiaire. En réalité, le noir ne fait même pas partie de la roue chromatique de l’artiste et n’est généralement pas considéré comme une couleur du tout. D’une certaine manière, le noir représente l’espace, l’infini... Le noir accentue le mystère qui entoure ce que l’on ne peut définir ou voir. Les artistes de cette exposition sont : Jean-Paul BLAIS (CH), Beth CARTER (UK), Maarten CEULEMANS (BE), Alessandro FILIPINNI (IT), Yaël OHAYON (BE), Xavier le Normand (FR), Maria RUBINKE (DN), Michel TOMBROFF (BE).

Artist profile
Hanneke BEAUMONT • Le calme entre-deux

Hanneke BEAUMONT • Le calme entre-deux

Du 24/04/2022 Au 17/09/2022

Sculptures du passé et d’un présent incertain Le calme de l’art de Beaumont repose sur l’espace, physique et psychologique, entre des états d’être (...) La sculpture est un instantané dans le temps. (J. A. Becherer) Le monde d’aujourd’hui n’est sans doute plus celui auquel nous sommes habitués. Il y a autour de nous un sentiment persistant de malaise, d’incertitude et d’instabilité. En observant les sculptures récentes de Hanneke Beaumont, nous percevons ce sentiment. Son travail, toujours très intuitif, exprime, comme le suggère la citation de Joe Becherer, des états d’être. Des instantanés du monde d’aujourd’hui. Il existe un lien profond entre l’artiste et la matière avec laquelle elle travaille (terre / argile), matière qui exprime la force et pourtant la fragilité de la race humaine. De sorte, les sculptures de Hanneke Beaumont représentent «L’Homme» au sens large du terme, «l’Homme» dans toute son humanité. Ni masculins, ni féminins, ni jeunes, ni vieux, ils ne sont pas des portraits individuels, ni ne représentent une forme idéale du corps humain. Physiquement, les figures de Beaumont sont des approximations de l’être humain; elles nous inspirent, à distance, des idées générales sur la nature de l’Homme. Leurs positions ne sont ni provocantes, ni résignées. À la fois fragiles et solides, immobiles et prêtes à avancer, ces figures paraissent en équilibre spatial, figées dans leur mouvement, en état d’apesanteur - leur caractère humain suspendu à un moment de pensée. Même assises, elles semblent prêtes à se lever. Habillées de vêtements déstructurés qui collent au corps, elles défient notre perception sans perturber nos sens. Dans cette nouvelle exposition cataloguée, LKFF Art Projects est fière de présenter des oeuvres plus anciennes, remontant aux années 2000, aux côtés des toutes dernières créations de Hanneke Beaumont. Parmi celles-ci, on trouve de nouveaux essais avec les matériaux composites, qui offrent de nouvelles possibilités à l’artiste.

Artist profile
A ma fenêtre... Une vision du XXIe siècle sur l'art paysager

A ma fenêtre... Une vision du XXIe siècle sur l'art paysager

Du 30/01/2022 Au 12/03/2022

Le célèbre auteur flamand Herman Teirlinck aimait s’asseoir à la fenêtre de sa maison à Beersel pour y admirer et décrire le Pajottenland. C’était il y a plus de 50 ans. Aujourd’hui, LKFF invite 10 artistes à lui rendre hommage et à exprimer les paysages qu’ils voient ou imaginent à travers leur propre fenêtre. Dessin sur papier, huile sur toile, sculpture en bois, verre soufflé, art numérique, photographie, sculpture en acier, bronze ou fer forgé font partie des nombreux supports utilisés dans cette exposition unique. Artistes exposés: Jeroen BEIRENS (BE), Vins BLAKE (UK), Maarten CEULEMANS (BE), Alessandro FILIPPINI (IT), HyunJoung LEE (KR), Søren MARTINSEN (DK), Xavier LE NORMAND (FR), Arnaud RIVIEREN (BE), Henk VAN RENSBERGEN (BE) & Velasco VITALI (IT).

Artist profile
Before the last cut • Maarten CEULEMANS

Before the last cut • Maarten CEULEMANS

Du 14/11/2021 Au 22/01/2022

Tout commence par une grande souche d'arbre que l'artiste découpe lentement à la tronçonneuse. Avec "before the last cut", l'artiste belge Maarten Ceulemans (1983°) fait référence à un moment particulier du processus de création. Plus précisément, le moment où le travail de sculpture s'arrête soudainement. Ceux qui connaissent l'œuvre de l'artiste savent immédiatement pourquoi ce moment est si important pour lui. Ses sujets, dans lesquels l'homme, l'animal et la nature occupent une place centrale, sont souvent représentés de manière très fragmentée, de sorte que l'œuvre semble inachevée. L'artiste joue avec les contrastes. Il combine des blocs de bois non traités ou des surfaces brutes avec des détails minutieusement élaborés. C'est un instantané tridimensionnel d'un processus créatif avec lequel il oblige presque le spectateur à le compléter l'oeuvre dans son imagination. L'artiste travaille principalement autour de la figure. Depuis plusieurs années, le bois est son principal support. Il façonne ses sculptures avec des outils (ciseaux, gouges, couteaux...) et des techniques traditionnelles. L'expérience toujours changeante d'une sculpture au cours du processus de création est pour lui un terreau fertile et génère de nouvelles idées. En 2018, le Conseil culturel d'Aarschot (ACR) a récompensé Maarten Ceulemans pour sa sculpture en tilleul " Monsieur Grandjean ". Cette belle statue orne désormais l'hôtel de ville. La même année, "De Bleiter" (le pleurnichard) une tête de colosse en bronze de 300 kg, est inaugurée juste devant le portail vers le parc de la ville d'Aarschot. Maarten Ceulemans - qui enseigne également la sculpture à la Hagelandse Academie voor Beeldende Kunst (HABK) - a participé à de nombreuses expositions collectives tout au long de sa jeune carrière. Aujourd'hui, LKFF Art Projects est très fier de présenter sa première grande exposition solo cataloguée. L'exposition présentera une série de +/- 15 sculptures récentes, en bois, résine et bronze, ainsi que des dessins au fusain sur papier.

Artist profile
Presence is more than just being there

Presence is more than just being there

Du 05/09/2021 Au 30/10/2021

Les années 2020-21 ont été difficiles pour nombre d’entre nous. Au nom du bien commun, nous avons été isolés les uns des autres ; Cela nous a fait prendre conscience de ce que nous tenions pour acquis : le simple fait de passer du temps ensemble, la joie d’une étreinte, le caractère rassurant d’une présence. LKFF a dès lors invité un groupe d’artistes internationaux à proposer des œuvres autour du thème de la «présence»: H. Beaumont (NL), B. Carter (UK), M. Ceulemans (BE), Atelier les Deux Garçons (NL), A. Filippini (IT), X. le Normand (FR), M. Tombroff (BE), H. Van Rensbergen (BE), V. Vitali (IT) & Shui-Lyn White (South Africa). Chaque artiste invité a apporté son propre point de vue sur le thème, illustrant les liens étroits, mais aussi l'individualité des êtres humains, notre besoin de protection, de compagnie rassurante, la présence écrasante de l'absence, la désolation des lieux vides, l'étrangeté d'un regard intrusif, ou encore la façon dont une chose très petite peut avoir une énorme présence. Mais surtout, le LKFF souhaite célébrer sa nouvelle présence dans l'agréable centre-ville de Beersel et apporter l'art contemporain dans ce lieu que nous aimons.

Artist profile